Accueil Web-pour-tous.org

Accueil > Articles > Atteinte neurovisuelle

Atteinte neurovisuelle

25 avril 2006Auteurfrank

Présentation

Il est possible de recenser de manière simple et donc nécessairement réductrice, les principaux types de handicaps visuels que ces atteintes peuvent provoquer :

  • les hémianopsies (associées, ou non, à des négligences visuo-spatiales) sont définies comme « l’impossibilité de réagir, s’orienter, rendre compte de stimuli présentés dans l’hémiespace controlatéral à la lésion hémisphérique ». Le traitement et la recherche ordonnée des informations visuelles n’est plus possible du côté opposé à celui de la lésion. On observe que dans la plupart des cas, il s’agit de conséquences de lésions hémisphériques droites. Pour ces patients, ce qui se trouve à leur gauche n’existe plus ou n’est plus pris en compte. Ils ne voient ou ne font attention, par exemple, qu’à la partie droite d’une publicité placée devant eux, ne mangent que ce qui est dans la moitié droite de leur assiette, ont tendance à ne lire que la partie droite d’un texte et ont, par conséquent, des difficultés de retour à la ligne. Pour eux, une rééducation est nécessaire, fondée sur deux principes. Les amener à prendre conscience de cette hémi-négligence parfois ignorée et d’autre part les habituer à suppléer consciemment à leur trouble, par exemple grâce à une verbalisation répétée de la consigne : « Regardez à gauche ! » (autant de fois qu’il faut au début de la rééducation, de façon à amener le sujet à y parvenir sans renforcement).
  • les autres troubles du regard regroupent un ensemble de pathologies fort diverses pour lesquelles l’acte de regarder est perturbé. Le regard est fixe, sa commande volontaire défectueuse ou le champ d’attention visuelle est réduit de manière concentrique ( sans que la rétine périphérique soit lésée) et ne permet la perception que d’un objet unique par fixation, quelle que soit la taille de l’objet fixé. (Il s’agit du syndrome de BALINT ou de syndromes proches).
  • la cécité corticale (ou cécité occipitale), conduit les sujets à se comporter comme des aveugles, mais à se déplacer ou à manipuler des objets sans maladresse ou difficulté majeure. Généralement, cet état est transitoirement observé juste après le traumatisme, et il est suivi d’une récupération, variable selon les cas, de l’utilisation consciente du potentiel visuel.
  • l’agnosie visuelle est un « trouble de la reconnaissance des éléments du monde extérieur en l’absence de toute perturbation sensorielle élémentaire ». Le sujet agnosique peut trouver et utiliser un objet de manière spontanée, mais ne peut pas sur ordre le reconnaître à partir de la simple information visuelle. Incapable de trouver visuellement une clé qu’on lui dit être posée sur la table, il peut l’identifier après l’avoir touché et l’utiliser pour ouvrir une porte. Il a besoin de se servir d’une autre modalité sensorielle pour traiter des informations perceptives, l’utilisation consciente du canal visuel étant perturbée.

Source : Cécité et malvoyance

Haut de page