Accueil Web-pour-tous.org

Accueil > Articles > L’accessibilité des établissements recevant du public (ERP) commence par celle (...)

L’accessibilité des établissements recevant du public (ERP) commence par celle du web

29 septembre 2012Auteurfrank mot-cléSensibilisation

Selon la LOI n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, 2015 est l’année butoir pour la mise en conformité des établissements existants recevant du public (ERP) et des transports collectifs. Depuis le mois de mai 2012 ce sont les services de communication en ligne (voir l’article47 de la loi) qui devraient déjà être mis en conformité. Malheureusement on est loin du compte et pourtant, dans un premier temps, l’accent devrait être mis sur les services en ligne pour des populations ayant du mal à se déplacer et d’une manière générale pour tous les utilisateurs.

« Aujourd’hui, tout le monde sait que cela ne sera pas possible »

C’est une déclaration de Marie-Arlette Carlotti ministre déléguée aux Personnes handicapées (voir l’éditorial du site yanous) concernant le respect de la loi 2005 sur les ERP.

J’ai lu dans cet éditorial que le nouveau gouvernement envisage de négocier, avec les associations nationales de personnes handicapées, des aménagements à l’irrespect de la loi par l’État, les collectivités territoriales, les propriétaires et gestionnaires publics ou privés.

J’entends déjà le ras le bol des associations qui risque, petit à petit, d’être obligés de lâcher du leste sur des dérogations multiples mettant à mal cette loi et je les comprends.

N’existe t-il pas un moyen de contrebalancer ou d’adoucir ces futures décisions de dérogations, un moyen permettant de limiter autant que possible les déplacements quand une mairie, une communauté de commune… aura gagné au détriment de l’humain et sera exemptée du respect de la loi ?

L’accessibilité ne commence pas sur le pas de la porte

Dans la loi 2005 il existe un volet (article 47) concernant l’accessibilité numérique des établissements comme les mairies, les communautés de commune, les préfectures… Depuis le 16 mai 2012 tous ces services publics devraient avoir mis en place une politique d’accessibilité de leurs services de communication en ligne.

Un site accessible c’est un site qui permette de naviguer au clavier pour les personnes ayant des difficultés de motricités des membres supérieurs, qui permette aux personnes déficientes visuelles (aveugles, malvoyantes) de trouver l’information et naviguer aisément à l’aide d’un lecteur d’écran sur le site d’une mairie, de remplir un formulaire facilement sans faire appel à un tiers ou les obligées à se déplacer.

D’une manière générale, un site accessible est bénéfique pour tous, utilisateurs, en situation de handicap(s) ou non.

Faire un site accessible c’est déjà faire en sorte de limiter les déplacements des personnes qui risquent d’être le plus touchées par cette volonté du gouvernement de négocier l’accessibilité des bâtiments.

Quels problèmes peuvent-être invoqués pour obtenir une dérogation pour la non mise en accessibilité d’un site internet, personnellement je n’en vois aucun, même le coût est devenu un faux problème et n’est de toute façon certainement pas au même niveau que celui de la mise en conformité d’un bâtiment.

Je ne suis pas à la place des associations, je ne connais pas leur position, je ne sais pas comment se déroule ce types de négociations mais je me dis qu’un donnant donnant (dérogation contre l’engagement de respecter l’article 47) pourrait être un formidable levier pour faire au moins avancer l’accessibilité numérique et ne pas perdre sur tous les fronts.

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Haut de page